Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

molenews

  • Test de la clé SFR 3G+ suite

    Ensuite, pour les utilisations futures, plus besoin d’une quelconque manipulation à part pour rentrer le code secret de la clé, indiqué sur la carte jointe au pack. Cette simplicité faisait défaut en général sur ce genre de matériel.

    Trouver le point (3)G

    Sur le papier, le débit annoncé est de 3.6 Méga. Ouais, je n’y croyais pas trop mais bon, soit. Finalement, on se rapproche plutôt de 2 Méga en débit descendant, ce qui est très largement suffisant pour remplir les tâches annoncées plus haut. J’avais déjà eu l’occasion de tester une carte PMCIA de chez SFR il y a quelques années et je n’ai pas souvenir d’avoir eu un débit aussi élevé. Les révolutions dans le domaine du sans fil sont vraiment impressionnantes, espérons que les avancées dans le domaine du cancer du cerveau aussi.

    cle-3g.JPGD’un point de vue énergétique, il est indiqué dans la notice qu’il ne faut pas trop approcher la clé du corps. Au début, cet avertissement fait peur mais devient relativement compréhensible par le fait que la clé émet autant qu’un mobile en conversation. Viens coller ta tête ici, petit, viens..
    La charge d’une batterie de MacBook Pro dernière génération tient environ 6 heures en utilisation offline basique : Pages, iTunes. Une fois le wifi activé, cette charge tombe à environ 5h. En utilisant cette clé, j’ai pu m’apercevoir que la charge en prenait un sacré coup. Adieux les 6 heures, bonjour le câble qui vous suit partout car je ne tenais jamais plus de 4h avec le vent dans le dos. Je m’y attendais pas mal, mais c’est assez rageant de voir une clé de 8cm consommer autant que la ville de Marseille un soir de match. Au final, c’est comme si on avait tout le temps le bluetooth activé.

    J’ai aussi pu tester la clé en 2G. C’était trop beau, mais je ne pouvais pas capter la 3G partout en Corse. Là, c’était un peu la catastrophe. Regarder ses mails relevait plus d’une prise de tête qu’autre chose. Prévoyez Prozac et autres calmants, passez GMail en mode HTML et dîtes adieu à Youtube. Back in the 90’s. Concrètement, je peux comparer la 2G à du 33.3 kilos. Le rêve américain.

    De la même manière, ne tentez pas d’utiliser la clé dans le TGV. Aucune technologie portable ne permet de passer d’un relais téléphonique à un autre sans coupure. Assez frustrant quand on sait que le public visé par son usage est friand de transport à grande vitesse.

    D’un point de vue aspect/solidité, la clé n’est pas d’un rouge pétant comme on aurait pu le craindre de la part de SFR mais d’un blanc discret. Il faut cependant faire attention à bien enficher la clé dans le port USB sous peine de la voir perdre intempestivement le réseau. Rageant.

    Sur la clé, une diode indique si le réseau est fixé ou pas. On aurait préféré que la diode clignote en fonction des données reçues, à la manière d’une carte réseaux.
    Histoire de faire mon grincheux, j’ai noté que j’ai du spécifier quelques fois à l’application Vodafone/SFR le réseau qu’il devait fixer. Il parait que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

    J’ai vraiment été très surpris par la qualité de cette clé, sa simplicité, mais un conseil, vérifiez bien que votre région est bien couverte par la 3G, sinon vous faites une croix sur le XXIème siècle. Profitez-en, SFR fait des réductions sur l’achat de cette clé. Seul l’abonnement est exagérément dispendieux. Son usage premier est entièrement professionnel. C’est pour le moment un gadget de luxe pour le grand public.

    En attendant le WiMax ?

  • Test de la clé SFR 3G+

    J’ai eu la chance de me voir confiée une clé USB 3G+ de chez SFR, utilisant le réseau téléphonique mobile pour accéder à Internet. Le Graal, la cerise sur les vacances, le petit plus Periglioni. Voyons maintenant si cela a suffi à un geek comme moi.

    Gourmandise numérique

    Définissons mes besoins en vacances : je suis un utilisateur régulier d’Internet, ne sachant pas me passer de mes mails et des moyens de communications classiques (MSN, Twitter, Facebook, …). J’ai donc besoin d’une connexion à moyen débit, tournant autour d‘1 Mo de débit descendant histoire de surfer tranquillement, tout en téléchargeant de temps en temps de petites archives. Hors de ma vue jeux en réseau, vidéo et autres distractions futiles.

    Sachez que l’utilisation de cette clé en P2P est interdite, toute comme est interdite l’utilisation de la carte SFR 3G+ dans un téléphone mobile. Ca tombe bien, je ne me sens pas l’âme d’un pirate pendant les vacances. Je ne sais pas si j’avais le droit de l’utiliser avec Skype et la VoIP mais je n’ai pas eu l’occasion de tester. Les vacances, c’est dans le silence.

    3g.JPG

    Le retour du vrai plug & play ?

    Je tiens à préciser que je n’ai installé cette clé que sur MacBook Pro.

    Deux coffrets. Le premier ne contient que la carte SIM et le code PIN de la clé. La mise en place de la carte dans la clé se fait en deux secondes, sans sortir de Saint Cyr. Bizarre, aucun autre CD à installer. C’est de la provocation ou du génie ? Seule solution restante : enficher la clé dans le MacBook Pro. Une fenêtre me propose d’installer une application, celle contrôlant la réception du réseau.

    J’appréhende la moindre installation de logiciel, surtout si celui-ci est un logiciel que je qualifierais d’ultra propriétaire, style APN, camescope, scanner et tout autre tintouin technologique. Une peur qui se caractérise par une éruption cutanée lorsque je vois tout un bordel de logiciels apparaître sur ma machine, aussi peu pratiques à utiliser qu’à désinstaller.

    Cette fois, à la manière d’une application Mac classique, l’installation se fait en quelques secondes, sans surprise majeure, à part peut-être la présence d’innombrables manuels d’utilisateurs, dans toutes les langues de la Terre. Je peux dorénavant chercher de l’aide en finnois, ça tombe bien je n’ai jamais cherché à m’y mettre.

    Une fois cette application installée, je peux me mettre directement au travail après avoir entré le traditionnel code PIN. J’ai beau passer mes vacances dans une région complètement moyenâgeuse d’un point de vue technologique, je captais facilement la 3G depuis l’application, et cela en quelques secondes. Il fallait ensuite demander au gestionnaire de modem (?!) de mon MacBook de se connecter à ce réseau et dix secondes plus tard, je revenais au XXIème siècle, les odeurs de fromage corse et de coppa en plus.

  • Journalisme, information et web 2

    En 2007, Marie-Laure Sauty de Chalon faisait un triste constat dans son livre Médias, votre public n'est plus dans la salle :

    "la presse vit avec un sentiment d’impunité. En vertu du droit à l’information, mais insuffisamment vérifiée et recoupée comme l’implique la déontologie, les journalistes éclaboussent des personnalités, démolissent des gens, sans jamais avoir à rendre des comptes. Or tout le monde ou presque sait qu’une affaire qui sort à la Une d’un journal émane le plus souvent de sources anonymes, généralement bien placées, qui ont tout à y gagner et qui, le plus souvent, manipulent. Les directeurs de rédaction, pour préserver la liberté de la presse, excluent de faire leur autocritique."

     

    Lorsque je mets ces deux textes en parallèle, le communiqué de la CCIJP et le texte de Marie-Laure Sauty de Chalon, je me dis que finalement, le milieu journalistique n'a pas évolué en 18 ans. Alors que tout bouge autour d'eux, les médias traditionnels continuent, avec les mêmes méthodes, à faire les mêmes erreurs. Et c'est dommage, car ils nuisent à ceux qui essaient de s'adapter, à ceux qui créent de nouvelles formes médiatiques, qui traitent différemment de l'actualité.

    J'ai l'audace de croire que cette nouvelle espèce de journalistes prend le dessus sur une autre espèce, plus ancienne, qui reste accrochée à son média comme une moule à son rocher.

    A quand le prochain tsunami ?

  • Journalisme, information et web

    « Face au discrédit dont les médias font l’objet dans l’opinion publique, si l’on en croit les sondages, et compte tenu des conditions de plus en plus scabreuses qui président à la collecte de l’information – âpreté de la concurrence, hantise de l’Audimat, recherche du scoop à tout prix, poids de la publicité, vitesse accélérée de la transmission des nouvelles, réduction du temps nécessaire à leur vérification, etc. -, la Commission […] appelle ses quelques 27 000 ayants droit à la plus grande vigilance […]. Devant la cascade de « dérapages » qui sapent la crédibilité des journalistes et des médias, la Commission de la carte estime de son devoir d’appeler solennellement les éditeurs et les journalistes, chacun selon ses responsabilités, à conjuguer leurs efforts pour donner un coup d’arrêt à cette dangereuse dérive. »

    Communiqué de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, le 4 février 1992

     Oui, oui. Vous avez bien lu. Ce communiqué de la CCIJP a plus de 18 ans. Et pourtant, il aurait pu être publié hier sans en changer le moindre mot. Je suis tombé sur cet extrait par hasard, en feuilletant un livre de Roland Cayrol, Médias et démocratie, la dérive. Ce communiqué aurait pu être publié il y a deux semaines, après que TF1 ait confondu Flandre et Wallonie. Ou quelques jours après, quand LesIndiscrets se sont faits l'écho d'accusation graves -et surtout fausses- à 'encontre de Benjamin Lancar.

    Ou même la semaine dernière, après la nouvelle bourde de TF1, qui a décidément bien des problèmes avec la géographie, et inverse cette fois Suède et Finlande. Il aurait aussi pu être publié après "la rumeur" autour du couple présidentiel. Et dans bien d'autres occasions.

  • Savoir gérer son identité numérique

    J’avoue ne pas trop faire attention en ce moment à mon identité numérique. Mais Si ma vie pouvait être retracée, pas à pas, à partir des indices glanés sur le web ? Assumerais-je ? Quelle serait ma réaction ?

    En même temps, quel avenir pour la protection des données, dans un monde ou Facebook et Flickr sont devenus des acteurs majeurs? Peut on vraiment, à partir du moment ou on accepte de jouer le jeu, de dialoguer avec d’autres utilisateurs, mettre sous clef toutes nos informations ? J’en doute. L’aspect communautaire du “web 2.0″ (je sais, ce terme est galvaudé, peut être obsolète, mais aucun autre ne me vient à l’esprit) interdit de se cacher, à moins que l’on préfère mentir tout du long.

    Jouons le jeu. Dialoguons, instaurons des contacts virtuels. Fournissons des informations. Mais attention juste à ne pas dépasser la ligne qui nous rendrait mal à l’aise, demandons nous à chaque fois si nous serion entièrement capable d’assumer ce que nous dévoilons. Si nous ne dépassons pas cette limite entre notre pudeur naturelle, notre défiance, et ce relachement propre au web, cette mise à nu qu’il implique parfois.

     

  • La GTX 275 en détail !

    Alors que l’on sait déjà presque tout de la future HD4890 d’AMD, on en sait encore peu de la carte que Nvidia nous concocte pour concurrencer cette dernière.
    Enfin … on en sait peu, on en savait peu puisque aujourd’hui on a enfin plus de détails sur cette nouvelle carte (pour une fois que je ne dois pas mettre “nouvelle” entre guillemets).

    Basé sur le même chip que la GTX 285, la carte sera dotée de 240 SP avec 892 de mémoire GDDR3 cadencée à 1161 Mhz.
    Les autres fréquences restent relativement proches de celles de la 285 puisque l’on dispose de 633 Mhz pour le GPU et de 1404 Mhz pour les Shaders (à titre de comparaison, voici les fréquences de la GTX 285 : 648 / 1476 / 1242 Mhz (GPU/Shaders/Mémoire).


    Offrant des performances proches de la GTX 285, elle sera donc toute disposée à lutter contre le nouveau monstre d’AMD.
    On a plus qu’à attendre les tests et benchmarks pour voir ce que ces deux là ont dans le ventre, et découvrir laquelle des deux est la plus intéressante pour les gamers que nous sommes.

    Elle sortira sans surprise le même jour que sa concurrente, pour ce qui est du prix par contre … bah on a pas encore les détails.
    Affaire à suivre !

     

  • les meilleures cartes de voeux virtuelles theme nature

    La fin de l'année approche et avec elle la tradition des voeux du nouvel an.

    voici déjà 3 idées de cartes de voeux animées sur le thème de la nature…de quoi vous inspirer pour le reste du nouvel an.

    Une ecard en vert et blanc

    Cette e-card dans les tons vert et blanc reprend le thème des papillons pour un côté très nature. Sa couverture en plastique épais transparent lui donne un côté plus sophistiqué. Pour en savoir plus sur ce modèle, n’hésitez pas à cliquer sur l’image.

    carte-voeux.JPGUn côté très classique pour cette carte de voeux dans les tons vert et blanc avec en couverture des motifs de grosses marguerites. Le papier épais, le petit morceau de raphia vert et les petites feuilles portant le nom des mariés donnent à ce faire-part une grande qualité et une grande originalité. En cliquant sur l’image vous découvrirez davantage de détails sur ce modèle.
    Source : ecards 2018

    Une carte de voeux animée blanc à dessins de bambous verts

    Un grand plongeon dans le monde de la nature avec cette carte de voeux animée blanche à dessins de bambous verts. Les raphias sur la gauche permettent l’insertion de deux étiquettes portant les prénoms des mariés et vous pouvez coller deux petites coccinelles sur votre carte, ce qui lui confère un côté très orignal et très gai. Cliquez sur l’image pour en savoir plus sur ce modèle ou pour le commander.

    Vous retrouverez toutes ces ecards et bien d’autres encore sur le thème de la nature ou sur d’autres thèmes sur le même  site

     

  • L'argent virtuel a-t-il une odeur ?

     

    suite du débat sur "l'argent virtuel"

    Pourtant, selon lui, en 2015, toutes les cartes du monde auront des puces. Les enjeux économiques sont énormes et l'entrée massive de la Chine dans le processus plaide d'ores et déjà en faveur de ce pronostic. Est-ce que les utilisateurs se familiariseront facilement avec ce nouvel outil. Selon Michel , sans doute. L'introduction de la carte bancaire a été beaucoup plus facile que les enquêtes le laissaient prévoir, même parmi les couches les plus âgées ou rurales de la population.

    Les mentalités françaises sont prêtes : ici moins d'attachement au cash qu'en Allemagne par exemple. Cependant les opérateurs ne doivent pas rater leur entrée. Il ne sert à rien de mettre 60 millions de cartes en circulation, comme en Allemagne, alors que les commerçants ne disposent que de 50 000 lecteurs voir : blog.educpros.fr/pierredubois/files/2011/11/sud_ufc.pdf . La France, pionnière dans ce domaine, garde une bonne avance en matière de monétique. Il serait dommage de risquer, pour gagner quelques mois, de perdre la confiance portée à ce type de moyen de paiement.

    En tous cas, le porte-monnaie électronique ne se substituera pas à la carte de crédit ou à la carte de paiement, il en sera le complément. Le rêve que l'on pourrait formuler d'un support unique - qui serait, aussi, carte de santé par exemple - ne se concrétisera pas avant longtemps. " En le perdant, on perdrait sa vie " dit Michel .

     

  • Argent virtuel, gold, crédits fifa ont-t-ils une odeur ?

     

    Débat : " De la monnaie sonnante et trébuchante ", " l'argent file entre les doigts ". Dans l'imaginaire populaire, les expressions ne manquent pas pour montrer l'argent de façon palpable et saisissable. Comment cette image ancrée au plus profond de l'inconscient collectif s'accommode-t-elle de l'argent électronique ? Jusqu'où l'utilisateur s'adaptera-t-il ?

    Monnaie virtuelle : argent virtuel, gold, crédits ?

    Parler d'argent virtuel, c'est pour des années encore tenir entre ces mains des cartes à puce. La dématérialisation de la monnaie ne se concrétisera pas dans un avenir proche par des opérations qui nous seraient aujourd'hui parfaitement étrangères. La carte est en effet " un excellent support de technologie et un excellent support d'image " (J B.). Les composants greffés à même la peau, les moyens biométriques sont encore de l'ordre de la science fiction même si, à terme (" 25 à 50 ans ", selon Michel ), ce sont probablement eux qui s'imposeront. La prochaine révolution de la monétique s'appelle le porte-monnaie électronique. Celui-ci permettra de payer de petites sommes chez les commerçants et sera rechargeable à hauteur de 500 €.

    fut 17 monnaie.JPGPar contre les monnaies virtuelles se sont développées dans le secteur des jeux vidéos : pour augmenter votre puissance ou acquérir des objets vous allez devoir "farmer", chercher des items cachés ou remprter nombre de victoires contre des adversaires affin de récolter le plus "d'or virtuel" et pouvoir progresser dans les niveaux de jeux : c'est le cas  dans le jeu Fifa Ultimate Team 18 ou on parle de crédits fifa ou de crédits FUT , mais aussi depuis 10 ans dans le jeu World of warcraft ou on parle de Gold for Wow ou d'or pour Wow.

     

    Modèles de monnaies virtuelles

    Le porte-monnaie électronique est déjà en vigueur sous d'autres cieux (il y 135 millions de cartes de ce type en Europe !, selon Michel ), mais son usage relève encore de l'hypothétique.

     Trois modèles vont être expérimentés en France à partir de la rentrée : Modeus, qui a été présenté à Hourtin et qui associe petit paiement et pass pour les moyens de transport, un modèle allemand adapté à la France qui sera essayé à Tours et Mondex, qui le sera à Strasbourg. Un projet de convergence (CEPS) est à l'étude à l'échelon international (européen d'abord) pour choisir un standard international. Dans cette aventure, les Américains se sont mis, comme dans le cas de la carte à puce, hors-jeu.

    Ils ont même mené à New York des expérimentations de porte-monnaie électronique avec " l'évident désir de montrer que cela ne pouvait pas marcher ", selon l'auteur.

     

  • La version 3.0 du logiciel de l’iPhone

     

    Fonction “Push”

    Actuellement, lorsque vous êtes dans n’importe quelle application de votre iPhone et que vous recevez un SMS, celui-ci vous affiche une notification. Avec la mise à jour 3.0, absolument toutes les applications, même celles téléchargés sur l’AppStore pourront vous envoyer des notifications; cela peut être très utile quand par exemple vous recevez un nouveau message sur Facebook, ou un nouveau message instantanné sur AIM.

    Un AppStore plus “ouvert”

    A partir de la sortie de l’iPhone 3.0, vous pourrez avoir un AppStore “interne” aux applications. Par exemple, un jeu peut proposer un niveau en plus ou une application une carte en plus. Il vous suffira de choisir, de tapes votre mot de passe iTunes et le contenu se téléchargera, tout cela sans sortir de l’application. Le deal reste le même sur sur l’AppStore, 70% pour les develloppeurs, 30% pour Apple.

    Copier / Coller

    Il est maintenant possible, seulement en “double tapant” sur un texte, de le sélectionner, de le couper, de le copier et de le coller. Cela est une fonction “de base” mais qui reste très utile et très rare sur un appareil mobile.

    MMS

    L’Application SMS est renommée Messagerie :  elle permets maintenant d’envoyer, toujours dans le même principe, des contenu multimedia - mais aussi des contacts - par MMS. Une fonction simple mais qui manquais cruellement à l’iPhone.

    Cette fonction ne sera disponibles que pour les iPhones 3G.

    Bluetooth

    On dévellope un peu plus l’utilisation du Bluetooth sur l’iPhone: Si vous possédez un casque audio bluetooth, il est maintenant possible de l’utiliser comme casque d’écoute, par exemple pour l’iPod.

    P2P

    Il est maintenant possible de créer un petit réseau privé avec des iPhones et des iPod Touch à proximité, par exemple pour envoyer des fichiers ou jouer à des jeux à 2.

    Applications en mode paysage

    Jusqu’ici, peu d’applications pouvaient tourner en mode paysage. Désormais, toutes les applications livrés avec l’iPhone peuvent fonctionner avec ce mode.

    Recherche

    Une nouvelle fonction permets de rechercher n’importe quel mot clef sur toutes les applications de votre iPhone.

    Cette version sortira en Juin, Gratuite pour les iPhone et iPhone 3G et au prix de 9,99$ pour les iPod Touch. Elle est disponible avec son SDK pour les dévellopeurs inscrits au programme iPhone (99$). Attention: Si vous trouvez le logiciel sur des sites torrent, il est impossible de l’utiliser car l’iPhone doit être enregistré auprès du programme dévellopeur. Il est egalement impossible de repasser en version 2.2.1, donc si vous n’êtes pas inscrit au programme de dévellopement, vous aurez un iPhone bloqué jusqu’en juin.