Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

molenews

  • E3 - PES 2019 : on y a joué

    Passé du côté des outsiders depuis quelques années maintenant, PES 2019 s’est offert à nous lors d’une session d’interview et de hands on. Petit constat rapide de l’état des lieux, basé sur une version du jeu développée à 60%.

    Les amateurs de football auront droit cette année encore à un duel virtuel entre les deux franchises historiques de jeux dédiés à cette discipline. C’est ainsi via une présentation privée de PES 2019 que nous avons pu découvrir en quelques mots les axes d’amélioration et d’innovation de cette nouvelle itération.Même si nous avons toujours à déplorer que le marché des transferts ne soit pas ouvert sur PES - ce qui fait une grande partie du succès de FIFA avec les crédits fifa à gagner via les enchères ou dans l'achat sur les site de crédit fut pas cher chez les revendeurs - , PES est presque au niveau de FIFA Ultimate Team

    pes19.JPG



    Premier élément : « l’Active AI ». Rien de bien compliqué, il s’agit ici d’améliorer le positionnement de la défense et la course des attaquants que vous ne contrôlez pas. Vos arrières se placeront ainsi plus haut, plus proches de l’action se déroulant au milieu de terrain pour tenter de l’enrayer avant que les attaquants ne puissent passer par le dos de la défense. En somme, on applique la classique défense en zone. Du côté de l’attaque lorsque vous contrôlez le ballon, ce seront vos coéquipiers qui exploiteront mieux les espaces en choisissant des trajectoires d’appel de balle plus logiques mais aussi plus enclins à créer une situation dangereuse. L’exemple montré était celui d’une course en diagonale, souvent exploitée sur les vrais terrains.

    Deuxième gros axe : le contrôle appelé « off the ball », c’est-à-dire lorsque vous avez la possibilité de contrôler un joueur de votre équipe qui ne possède pas le ballon lorsque vous-mêmes le possédez. Alors de but en blanc ça ne veut pas dire grand-chose, mais le principe est plutôt simple : à chaque arrêt de jeu vous aurez désormais la possibilité de sélectionner grâce à votre stick droit le joueur à qui vous souhaitez passer la balle. Exemple, lors d’une touche je contrôle le joueur qui fait la touche. Mais en bougeant mon stick droit je peux désormais sélectionner un joueur qui, s’il est directement à l’écran aura un numéro au-dessus de sa tête, et s’il n’y est pas sera visible dans une couleur différente sur le radar. J’appuie ensuite sur le bouton passe et la balle arrive directement dans les pieds du joueur que j’ai sélectionné. Idem pour les coups de pieds arrêtés, y compris les dégagements et les corners.

    Pour ce qui est du reste, on nous promet un arbitrage qui permettra un jeu plus fluide. Moins de petites fautes sifflées donc, au profit de décisions plus justes en fonction des situations. Egalement du côté du gameplay, une fatigue des joueurs plus présente en fonction des efforts de chacun en cours de match.

    Alors concrètement, une fois manette en main, la plupart de ces affirmations ont un peu de mal à se vérifier. Par manque de temps bien évidemment, mais aussi et certainement par manque de flagrance. Il n’y a que la sélection des joueurs en vue de leur faire la passe qui représente une réelle nouveauté, testable et qui au final reste plutôt efficace. A voir encore une fois sur le long terme, mais il faut dire que cela simplifie la vie au joueur en lui donnant une plus grande précision sur toutes les phases arrêtés et donc potentiellement dangereuses. Il ne lui reste qu’à bien jauger sa passe et cela peut faire très mal à l’adversaire.

    Du côté technique pur et dur, c’est là que le bas blesse. Pour faire simple, les animations ont toujours autant de mal à s’enchainer ! Un manque de fluidité qui saute aux yeux, puisqu’il est actuellement tout aussi visible que dans PES 2018. Egalement le système de collisions n’est clairement pas à niveau, puisqu’en observant attentivement un ralenti sur une faute puis directement après sur un tacle lors d’un duel avec le gardien, les joueurs se traversent systématiquement. Sur la seconde action l’un d’entre eux s’enfonce même dans le terrain !

    Des différences notables, qui font malheureusement pâle figure face à un FIFA 19 qui présente cette année un nouveau moteur de collisions et une IA défensive remodelée tant au niveau du gameplay qu’au niveau de son intelligence tactique.

     

    Au final, loin d’être décourageant, ce premier contact avec PES 2019 montre bel et bien que les développeurs reprennent par les bases. Un chemin qu’il est judicieux d’emprunter et qui on l’espère portera ses fruits, même si pour le moment FIFA 19 reste bien parti pour remporter la bataille de l’opus 2019.

  • le renouveau du Mobile World Congress à Barcelona

    Le MWC qui s’est tenu du 24 au 27 février 2019 à Barcelone n’aura pas été avare en annonces d’envergure. Au-delà des nouveaux produits présentés, l’événement s’est montré riche d’enseignements sur les stratégies des fabricants et les tendances du marché. Décryptage.

    barcelona.jpg

    Comme tous les ans, la ville de Barcelone avec en invité la team de https://www.seo-barcelona.net vient d’accueillir le Mobile World Congress, le plus grand salon mondial dédié à la téléphonie mobile. Pourtant, depuis 2011, cet événement était en perte de vitesse sur le plan médiatique. Cette année-là, Samsung avait choisi de suivre la voie tracée par Apple en ne dévoilant pas son Galaxy S3 dans le cadre de ce salon. Les autres constructeurs lui ont rapidement emboîté le pas, ce qui leur permettait d’éviter toute concurrence frontale, ainsi qu’une meilleure maitrise de leur calendrier.

    Tout concourrait donc à laisser penser que le MWC se trouvait en déclin, surtout après une édition 2018 particulièrement décevante. Mais contre toute attente, le cru 2019 de Barcelone s’est avéré exceptionnel.

  • ViewSonic V350 : le smartphone double-SIM

    Après la sortie d’une tablette tactile originale (la Viewpad10) intégrant un double système d’exploitation Android/Windows 7 , Viewsonic se démarque à nouveau de la concurrence en s’attaquant aux mobiles, avec un smartphone doté de deux logements pour carte SIM.

     

    smartphone.jpgUn smartphone milieu de gamme

    Sous Google Android 2.2 et bénéficiant de l’accès à l’Android Market, le Viewsonic V350 est un smartphone (3G/Wi-Fi) milieu de gamme disposant d’un écran 3.5 pouces (480×320), d’un processeur Qualcomm (600 Mhz), GTX 275 d’une puce GPS, d’une boussole numérique, d’un capteur de luminosité et d’un appareil photo 5 Mpx sans flash mais avec autofocus. Il est doté d’un emplacement microSD et d’un port micro USB. Une mise à jour en 2.3 Gingerbread devrait bientôt voir le jour.

    Pratique pour un usage professionnel

    L’intérêt de ce produit réside dans ses deux emplacements pour carte SIM. Le V350 permet de choisir depuis quelle ligne téléphonique on souhaite émettre un appel et de recevoir des appels sur les deux numéros. Vous pouvez choisir quelle carte Sim est prioritaire sur l’autre pour la connexion DATA par défaut

    En termes d’usage, ce smartphone permet par exemple à un professionnel en déplacement de n’emporter qu’un seul appareil  pour communiquer librement avec ses collègues et ses proches. Par ailleurs, il permettra aux globe-trotters de réaliser des économies en ajoutant une carte prépayée du pays tout en restant joignable sur leur ligne personnelle.

     

  • Test de la clé SFR 3G+ suite

    Ensuite, pour les utilisations futures, plus besoin d’une quelconque manipulation à part pour rentrer le code secret de la clé, indiqué sur la carte jointe au pack. Cette simplicité faisait défaut en général sur ce genre de matériel.

    Trouver le point (3)G

    Sur le papier, le débit annoncé est de 3.6 Méga. Ouais, je n’y croyais pas trop mais bon, soit. Finalement, on se rapproche plutôt de 2 Méga en débit descendant, ce qui est très largement suffisant pour remplir les tâches annoncées plus haut. J’avais déjà eu l’occasion de tester une carte PMCIA de chez SFR il y a quelques années et je n’ai pas souvenir d’avoir eu un débit aussi élevé. Les révolutions dans le domaine du sans fil sont vraiment impressionnantes, espérons que les avancées dans le domaine du cancer du cerveau aussi.

    cle-3g.JPGD’un point de vue énergétique, il est indiqué dans la notice qu’il ne faut pas trop approcher la clé du corps. Au début, cet avertissement fait peur mais devient relativement compréhensible par le fait que la clé émet autant qu’un mobile en conversation. Viens coller ta tête ici, petit, viens..
    La charge d’une batterie de MacBook Pro dernière génération tient environ 6 heures en utilisation offline basique : Pages, iTunes. Une fois le wifi activé, cette charge tombe à environ 5h. En utilisant cette clé, j’ai pu m’apercevoir que la charge en prenait un sacré coup. Adieux les 6 heures, bonjour le câble qui vous suit partout car je ne tenais jamais plus de 4h avec le vent dans le dos. Je m’y attendais pas mal, mais c’est assez rageant de voir une clé de 8cm consommer autant que la ville de Marseille un soir de match. Au final, c’est comme si on avait tout le temps le bluetooth activé.

    J’ai aussi pu tester la clé en 2G. C’était trop beau, mais je ne pouvais pas capter la 3G partout en Corse. Là, c’était un peu la catastrophe. Regarder ses mails relevait plus d’une prise de tête qu’autre chose. Prévoyez Prozac et autres calmants, passez GMail en mode HTML et dîtes adieu à Youtube. Back in the 90’s. Concrètement, je peux comparer la 2G à du 33.3 kilos. Le rêve américain.

    De la même manière, ne tentez pas d’utiliser la clé dans le TGV. Aucune technologie portable ne permet de passer d’un relais téléphonique à un autre sans coupure. Assez frustrant quand on sait que le public visé par son usage est friand de transport à grande vitesse.

    D’un point de vue aspect/solidité, la clé n’est pas d’un rouge pétant comme on aurait pu le craindre de la part de SFR mais d’un blanc discret. Il faut cependant faire attention à bien enficher la clé dans le port USB sous peine de la voir perdre intempestivement le réseau. Rageant.

    Sur la clé, une diode indique si le réseau est fixé ou pas. On aurait préféré que la diode clignote en fonction des données reçues, à la manière d’une carte réseaux.
    Histoire de faire mon grincheux, j’ai noté que j’ai du spécifier quelques fois à l’application Vodafone/SFR le réseau qu’il devait fixer. Il parait que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

    J’ai vraiment été très surpris par la qualité de cette clé, sa simplicité, mais un conseil, vérifiez bien que votre région est bien couverte par la 3G, sinon vous faites une croix sur le XXIème siècle. Profitez-en, SFR fait des réductions sur l’achat de cette clé. Seul l’abonnement est exagérément dispendieux. Son usage premier est entièrement professionnel. C’est pour le moment un gadget de luxe pour le grand public.

    En attendant le WiMax ?

  • Test de la clé SFR 3G+

    J’ai eu la chance de me voir confiée une clé USB 3G+ de chez SFR, utilisant le réseau téléphonique mobile pour accéder à Internet. Le Graal, la cerise sur les vacances, le petit plus Periglioni. Voyons maintenant si cela a suffi à un geek comme moi.

    Gourmandise numérique

    Définissons mes besoins en vacances : je suis un utilisateur régulier d’Internet, ne sachant pas me passer de mes mails et des moyens de communications classiques (MSN, Twitter, Facebook, …). J’ai donc besoin d’une connexion à moyen débit, tournant autour d‘1 Mo de débit descendant histoire de surfer tranquillement, tout en téléchargeant de temps en temps de petites archives. Hors de ma vue jeux en réseau, vidéo et autres distractions futiles.

    Sachez que l’utilisation de cette clé en P2P est interdite, toute comme est interdite l’utilisation de la carte SFR 3G+ dans un téléphone mobile. Ca tombe bien, je ne me sens pas l’âme d’un pirate pendant les vacances. Je ne sais pas si j’avais le droit de l’utiliser avec Skype et la VoIP mais je n’ai pas eu l’occasion de tester. Les vacances, c’est dans le silence.

    3g.JPG

    Le retour du vrai plug & play ?

    Je tiens à préciser que je n’ai installé cette clé que sur MacBook Pro.

    Deux coffrets. Le premier ne contient que la carte SIM et le code PIN de la clé. La mise en place de la carte dans la clé se fait en deux secondes, sans sortir de Saint Cyr. Bizarre, aucun autre CD à installer. C’est de la provocation ou du génie ? Seule solution restante : enficher la clé dans le MacBook Pro. Une fenêtre me propose d’installer une application, celle contrôlant la réception du réseau.

    J’appréhende la moindre installation de logiciel, surtout si celui-ci est un logiciel que je qualifierais d’ultra propriétaire, style APN, camescope, scanner et tout autre tintouin technologique. Une peur qui se caractérise par une éruption cutanée lorsque je vois tout un bordel de logiciels apparaître sur ma machine, aussi peu pratiques à utiliser qu’à désinstaller.

    Cette fois, à la manière d’une application Mac classique, l’installation se fait en quelques secondes, sans surprise majeure, à part peut-être la présence d’innombrables manuels d’utilisateurs, dans toutes les langues de la Terre. Je peux dorénavant chercher de l’aide en finnois, ça tombe bien je n’ai jamais cherché à m’y mettre.

    Une fois cette application installée, je peux me mettre directement au travail après avoir entré le traditionnel code PIN. J’ai beau passer mes vacances dans une région complètement moyenâgeuse d’un point de vue technologique, je captais facilement la 3G depuis l’application, et cela en quelques secondes. Il fallait ensuite demander au gestionnaire de modem (?!) de mon MacBook de se connecter à ce réseau et dix secondes plus tard, je revenais au XXIème siècle, les odeurs de fromage corse et de coppa en plus.

  • Journalisme, information et web 2

    En 2007, Marie-Laure Sauty de Chalon faisait un triste constat dans son livre Médias, votre public n'est plus dans la salle :

    "la presse vit avec un sentiment d’impunité. En vertu du droit à l’information, mais insuffisamment vérifiée et recoupée comme l’implique la déontologie, les journalistes éclaboussent des personnalités, démolissent des gens, sans jamais avoir à rendre des comptes. Or tout le monde ou presque sait qu’une affaire qui sort à la Une d’un journal émane le plus souvent de sources anonymes, généralement bien placées, qui ont tout à y gagner et qui, le plus souvent, manipulent. Les directeurs de rédaction, pour préserver la liberté de la presse, excluent de faire leur autocritique."

     

    Lorsque je mets ces deux textes en parallèle, le communiqué de la CCIJP et le texte de Marie-Laure Sauty de Chalon, je me dis que finalement, le milieu journalistique n'a pas évolué en 18 ans. Alors que tout bouge autour d'eux, les médias traditionnels continuent, avec les mêmes méthodes, à faire les mêmes erreurs. Et c'est dommage, car ils nuisent à ceux qui essaient de s'adapter, à ceux qui créent de nouvelles formes médiatiques, qui traitent différemment de l'actualité.

    J'ai l'audace de croire que cette nouvelle espèce de journalistes prend le dessus sur une autre espèce, plus ancienne, qui reste accrochée à son média comme une moule à son rocher.

    A quand le prochain tsunami ?

  • Journalisme, information et web

    « Face au discrédit dont les médias font l’objet dans l’opinion publique, si l’on en croit les sondages, et compte tenu des conditions de plus en plus scabreuses qui président à la collecte de l’information – âpreté de la concurrence, hantise de l’Audimat, recherche du scoop à tout prix, poids de la publicité, vitesse accélérée de la transmission des nouvelles, réduction du temps nécessaire à leur vérification, etc. -, la Commission […] appelle ses quelques 27 000 ayants droit à la plus grande vigilance […]. Devant la cascade de « dérapages » qui sapent la crédibilité des journalistes et des médias, la Commission de la carte estime de son devoir d’appeler solennellement les éditeurs et les journalistes, chacun selon ses responsabilités, à conjuguer leurs efforts pour donner un coup d’arrêt à cette dangereuse dérive. »

    Communiqué de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, le 4 février 1992

     Oui, oui. Vous avez bien lu. Ce communiqué de la CCIJP a plus de 18 ans. Et pourtant, il aurait pu être publié hier sans en changer le moindre mot. Je suis tombé sur cet extrait par hasard, en feuilletant un livre de Roland Cayrol, Médias et démocratie, la dérive. Ce communiqué aurait pu être publié il y a deux semaines, après que TF1 ait confondu Flandre et Wallonie. Ou quelques jours après, quand LesIndiscrets se sont faits l'écho d'accusation graves -et surtout fausses- à 'encontre de Benjamin Lancar.

    Ou même la semaine dernière, après la nouvelle bourde de TF1, qui a décidément bien des problèmes avec la géographie, et inverse cette fois Suède et Finlande. Il aurait aussi pu être publié après "la rumeur" autour du couple présidentiel. Et dans bien d'autres occasions.

  • Savoir gérer son identité numérique

    J’avoue ne pas trop faire attention en ce moment à mon identité numérique. Mais Si ma vie pouvait être retracée, pas à pas, à partir des indices glanés sur le web ? Assumerais-je ? Quelle serait ma réaction ?

    En même temps, quel avenir pour la protection des données, dans un monde ou Facebook et Flickr sont devenus des acteurs majeurs? Peut on vraiment, à partir du moment ou on accepte de jouer le jeu, de dialoguer avec d’autres utilisateurs, mettre sous clef toutes nos informations ? J’en doute. L’aspect communautaire du “web 2.0″ (je sais, ce terme est galvaudé, peut être obsolète, mais aucun autre ne me vient à l’esprit) interdit de se cacher, à moins que l’on préfère mentir tout du long.

    Jouons le jeu. Dialoguons, instaurons des contacts virtuels. Fournissons des informations. Mais attention juste à ne pas dépasser la ligne qui nous rendrait mal à l’aise, demandons nous à chaque fois si nous serion entièrement capable d’assumer ce que nous dévoilons. Si nous ne dépassons pas cette limite entre notre pudeur naturelle, notre défiance, et ce relachement propre au web, cette mise à nu qu’il implique parfois.

     

  • La GTX 275 en détail !

    Alors que l’on sait déjà presque tout de la future HD4890 d’AMD, on en sait encore peu de la carte que Nvidia nous concocte pour concurrencer cette dernière.
    Enfin … on en sait peu, on en savait peu puisque aujourd’hui on a enfin plus de détails sur cette nouvelle carte (pour une fois que je ne dois pas mettre “nouvelle” entre guillemets).

    Basé sur le même chip que la GTX 285, la carte sera dotée de 240 SP avec 892 de mémoire GDDR3 cadencée à 1161 Mhz.
    Les autres fréquences restent relativement proches de celles de la 285 puisque l’on dispose de 633 Mhz pour le GPU et de 1404 Mhz pour les Shaders (à titre de comparaison, voici les fréquences de la GTX 285 : 648 / 1476 / 1242 Mhz (GPU/Shaders/Mémoire).


    Offrant des performances proches de la GTX 285, elle sera donc toute disposée à lutter contre le nouveau monstre d’AMD.
    On a plus qu’à attendre les tests et benchmarks pour voir ce que ces deux là ont dans le ventre, et découvrir laquelle des deux est la plus intéressante pour les gamers que nous sommes.

    Elle sortira sans surprise le même jour que sa concurrente, pour ce qui est du prix par contre … bah on a pas encore les détails.
    Affaire à suivre !

     

  • les meilleures cartes de voeux virtuelles theme nature

    La fin de l'année approche et avec elle la tradition des voeux du nouvel an.

    voici déjà 3 idées de cartes de voeux animées sur le thème de la nature…de quoi vous inspirer pour le reste du nouvel an.

    Une ecard en vert et blanc

    Cette e-card dans les tons vert et blanc reprend le thème des papillons pour un côté très nature. Sa couverture en plastique épais transparent lui donne un côté plus sophistiqué. Pour en savoir plus sur ce modèle, n’hésitez pas à cliquer sur l’image.

    carte-voeux.JPGUn côté très classique pour cette carte de voeux dans les tons vert et blanc avec en couverture des motifs de grosses marguerites. Le papier épais, le petit morceau de raphia vert et les petites feuilles portant le nom des mariés donnent à ce faire-part une grande qualité et une grande originalité. En cliquant sur l’image vous découvrirez davantage de détails sur ce modèle.
    Source : ecards 2018

    Une carte de voeux animée blanc à dessins de bambous verts

    Un grand plongeon dans le monde de la nature avec cette carte de voeux animée blanche à dessins de bambous verts. Les raphias sur la gauche permettent l’insertion de deux étiquettes portant les prénoms des mariés et vous pouvez coller deux petites coccinelles sur votre carte, ce qui lui confère un côté très orignal et très gai. Cliquez sur l’image pour en savoir plus sur ce modèle ou pour le commander.

    Vous retrouverez toutes ces ecards et bien d’autres encore sur le thème de la nature ou sur d’autres thèmes sur le même  site