Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 décembre 2008

Au "Vif", trois baffes et ça repart!

vif12.jpgLe Vif a la tête dure... Quelques jours à peine après avoir encaissé un sermon bien senti des gardiens de la déontologie et du Centre pour l'égalité des chances, l'hebdo laïcard du vendredi lance une campagne d'abonnement de fin d'année en diffusant à grande échelle la couverture par laquelle le scandale est arrivé!

"Comment l'islam menace l'école"; "Comment l'islam gangrène l'école"... C'est ce propos délicatement nuancé qui avait valu au Vif plusieurs plaintes, instruites par l'Association des Journalistes professionnels (AJP) et par le Centre pour l'Egalité des chances et la lutte contre le racisme.

La Société des journalistes du Vif avait immédiatement renvoyé la responsabilité du dérapage au directeur de la rédaction et à la rédactrice en chef. Nos confrères exprimaient même leur "malaise face à l'évolution générale de la politique de titraille et de couverture" de l'hebdo.

Résultat des plaintes: une double raclée pour la rédac'chef du Vif (et moins violemment pour la rédaction, qui s'en est un peu vite lavée les mains).

Première salve... Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme déplore "les titres, les mises en perspective et en image" du Vif, "craignant qu’ils ne renforcent les amalgames et les sentiments de peur à l’égard de l’islam et des musulmans". Le Centre est "troublé par le fait qu’un journal qui a jadis consacré à l’islam nombre d’articles et un remarquable hors série, et a ainsi contribué à mieux faire comprendre la diversité de l’islam et les nuances de ses pratiques, paraisse cautionner l’usage de l’association connotée « islam-menace »". On manie l'ironie avec jubilation, chez Edouard Delruelle.

Deuxième salve... Après audition de l'auteur du dossier et de la rédactrice en chef du Vif, le bureau de l'AJP repasse les leçons mal apprises: les recommandations déontologiques spécifiques à la couverture journalistique des allochtones, migrants et minorités ethniques ou religieuses (AGJPB, 1994)... "Involontairement, inconsciemment, par sensationnalisme ou négligence, mais noir sur blanc, dans les titres ou les photos, les médias manifestent certaines formes de racisme. Cette attitude est contraire à nos devoirs de journalistes". En gros, c'est dit: Le Vif a fait dans le racisme. Paf!

La déontologie, poursuit l'AJP, recommande "d'éviter les généralisations et les manichéismes injustifiés", de "nuancer correctement les articles relatifs aux personnes issues de l'immigration", "d'éviter les polarisations" et les perspectives du type "nous/eux". En gros, Le Vif s'est enlisé dans la caricature. Re-paf!

Une des recommandations centrales, rappelle l'AJP, consiste à "éviter de créer inutilement des problèmes et de dramatiser"... "Il est certain qu'en imposant l'angle de la dénonciation des seuls "problèmes" qu'un certain Islam poserait dans certaines écoles, en évitant par exemple de montrer comment ces "problèmes" ont pu être résolu dans d'autres écoles, Le Vif opte résolument pour une approche basée sur la "problématisation". l'emploi de termes tels que "gangrène" ou "ghettoïsation" sont contraires à la recommandation relative à la dramatisation". Pafpafpaf!

L'AJP fustige en particulier l'approche de la rédaction en chef et "les titres sensationnalistes". Le Vif confond journalisme et militantisme, poursuit en substance l'AJP; choisir un angle ne revient pas à défendre une thèse. Ratatatatapaf!

Boah, pas de quoi ébranler l'hebdo laïcard. Qui repart, guilleret, à la chasse aux nouveaux abonnés en brandissant la une incriminée. "C'est bien connu, Coco: le sensationnalisme et la dramatisation, ça rapporte plus de lecteurs que le respect de la déontologie!". Gosh, subitement, c'est moi qui ai le sentiment d'encaisser cette rafale de baffes ;)

 

Sources: Fils de Priam (merci à lui pour avoir repéré la campagne promotionnelle qui tue), Le Vif, ajp.be.

jeudi, 27 novembre 2008

"Le Soir Mag" vire gore

gorejournalism.jpg"Retrouvez l’intégralité des photos de la tuerie de Nivelles dans “Le Soir magazine” de cette semaine, en vente partout dès ce mercredi 26 novembre".

En voilà du teasing, Coco! Du bien gore, du bien sanglant. J'en salive déjà!

Le Nouveau Détective n'a qu'à bien se tenir. Cornaqué par l'ex-rédac'chef de La DH, aka Mike Hammer, Le Soir Mag devient la référence, rayon trash-journalisme. Et ça marche... En un an, la diffusion payante de la nouvelle version gore de l'hebdo pipole du groupe Rossel est passée de 59.327 à 64.142 exemplaires (+ 8 %).

A la une du dernier numéro: une photo cracra (manifestement une photocopie) de Geneviève Lhermitte, "photographiée à Nivelles dans la maison de l'horreur, pendant la reconstitution de son quintuple infanticide".  En pages intérieures, c'est carrément le roman-photo de la tuerie (26 images!) qui flatte les plus bas instincts du chaland.

Traitement journalistique minimal. Pur voyeurisme. Une scoptophilie caractérisée qui n'apporte, hors le contexte contradictoire de la cour d'assises qui s'annonce, pas le moindre élément neuf à la compréhension de l'affaire. Un étalage révulsant et obscène qui ne se justifie que par le souci de heurter les bonnes âmes et d'alimenter l'appétence malsaine des mateurs.

Bref, la sensation au détriment de la raison. Cette vieille recette sent le rance... "Il existe dans ces effrayantes profondeurs morales si peu sondées, on ne sait quel étalage atroce et agréable qui est l'obscénité du crime" (Victor Hugo, 1866).

Sources: Le Soir Mag, soirmag.be, Wikipédia.

mercredi, 17 septembre 2008

Pochade à la Une

cult.jpgGrôôôôsse caricature. Epaisse déception... La blogosphère en a tant glosé (1), qu'il nous tardait d'apprécier à sa juste valeur le reportage que Franck Istasse a consacré aux blogueurs face aux journalistes, sur Question à la une (RTBF), mercredi dernier.

Franis Pisani ouvre le feu. Et cela commence plutôt sèchement pour les professionnels de la profession: "Le grand problème, pour nous, les journalistes, c'est que nous nous vivons comme critiques face aux institutions, alors que nous sommes perçus, par la majorité des citoyens, comme parties prenantes au système institutionnel"... Bien vu.

Un coup pour les journalistes, un coup pour les blogueurs... Mais à la sulfateuse atomique, cette fois. La RTBF convoque à la barre le moraliste néoconservateur Andrew Keen, un entrepreneur qui exerce sa plume dans Forbes et qui a commis, l'an dernier, un pamplet discuté: "Le culte de l'amateur: comment internet détruit notre culture" (démontage, ici). En gros, la civilisation judéo-chrétienne et les saines règles du marché sont menacées par le Web 2.0 et ses hordes barbares, anonymes voleurs d'identité et prédateurs sexuels. Gasp!

Keen, thuriféraire de l'autorégulation "naturelle" du marché, pourfendeur acharné de l'encyclopédie collaborative Wikipédia, est aussi connu pour ses diatribes nauséeuses à l'encontre des adeptes de la gratuité, Lawrence Lessig en tête (le fondateur des Creative Commons, activiste de l'Electronic Frontier Foundation). "Un communiste", résume notre néocon...les.png

Istasse ne dit mot du caractère controversé du personnage, mais tend largement son micro à Andrew Keen, qui s'épanche sur "les dangers de la révolution digitale", "ce culte de l'amateurisme, de l'innocence, de l'ignorance", "cette nouvelle ère du nombrilisme digital" (Keen ne s'est pas regardé).

Franck Istasse, manifestement convaincu, en rajoute: "Sur le net, on ne fait donc plus confiance aux journalistes qui recoupent les informations pour les vérifier. On préfère discuter via les blogs ou les forums pour trouver les infos". Belle démonstration, cher confrère, à peine péremptoire. Bigrement convaincante. Hum... A ce degré de désinformation, le pékin de base est vraiment en droit de s'interroger sur les vertus présumées du journalisme de service public.

Mais ça continue!... Le tapage de l'amuseur public Diederick Legrain est jeté en pâture. Comme s'il s'agissait du modèle ultime du blogueur libertaire (alors qu'il est à la solde d'un quotidien établi). Pendant que de salutaires blogs animés par des journalistes professionnels (comme l'excellent Big Bang Blog de Daniel Schneidermann) sont tenus pour "responsables de la crise de confiance envers la presse". N'en jetez plus, ça déborde!

Istasse aura au moins démontré qu'il ne suffit pas de détenir une carte de presse pour prétendre être journaliste... Les médias établis ne diffusent pas que des vérités; les blogs n'étalent pas que des bobards. Opposer les uns aux autres relève d'un manichéisme niais.

Le journalisme, c'est avant tout une pratique et le respect d'une déontologie.  Il est des blogueurs qui sont plus journalistes dans l'âme que nombre de titulaires officiellement encartés. Comme il est des pros de l'info qui bloguent avec bonheur en citoyens épanouis. Qu'Istasse et Gerlache en tremblent réjouit assez The Mole!

(1) Voir notamment ce qu'en disent Serge Coosemans, Tom, Charles Bricman, Shoob et himself.

Sources: RTBF, Wikipédia, Keen, Lessig.

22:31 Publié dans RTBF, Sensationnalisme | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : blogs, info, rtbf

jeudi, 04 septembre 2008

Gangrène islamophobe au "Vif": le Mrax porte plainte

islamvif.JPGL'hebdo laïcard du vendredi n'en est certes pas à son coup d'essai, mais là, il sulfate carrément les musulmans au bazooka, en plein ramadan... Au point que la plus ancienne organisation antiraciste du pays, le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (Mrax) a jugé nécessaire saisir d'une plainte l'Association des Journalistes professionnels (AJP). Peu banal, voire inédit!

La dernière livraison du Vif/L'Express prétend dévoiler au Gaulois de souche "comment l'islam menace l'école"... Comment il la "gangrène", même, titre le "premier hebdomadaire d'information en Belgique francophone", en pages intérieures. Et d'aligner une série d'incidents ponctuels qui, à en croire la rédac'chef, Dorothée Klein, "menacent les fondements de l'école": une cantine qui ne sert plus de porc, de l'absentéisme au cours de gym, quelques élèves qui contestent la théorie de l'évolution (1)...

Nouveaux tenants des politiques d'accomodement raisonnable, les réformateurs - les députés MR Richard Miller et Françoise Schepmans, le président des Etudiants libéraux, Arnaud Van Praet - ont été les premiers à s'indigner, suivis de près par le rédac'chef de la revue Politique, Henri Goldman, puis par l'Ecolo Jacky Morael. Les uns dénonçant la "père-ubuïsation" du Vif, les autres relevant le saisissant contraste entre le contenu de l'article (qui "soulève quelques bonnes questions sans les trancher") et "le titre guerrier qui l'introduit".

Le Mrax ne s'est pas contenté d'étaler son indignation: il a saisi l'AJP, estimant que Le Vif "alimentait l'islamophobie et nourrissait le racismeis.JPG. L'organisation rappelle qu'elle "ne conteste absolument pas le fait de critiquer l'islam en tant que religion". Elle ajoute que les incidents alignés par Le Vif "peuvent se produire, ici ou là, dans nos écoles". Mais pas au point d'assimiler l'islam à "une mérule qui gangrène l'école". Amalgame et raccourci qui "stigmatise, incite à la peur, la méfiance, le mépris voire la haine de nos concitoyens de confession musulmane".

The Mole croit savoir que ses confrères du Vif attendent avec hâte l'intervention de l'AJP, fatigués qu'ils sont de voir leur prose défigurée par l'enrobage sensationnaliste que leur infligent Amid Faljaoui et ses sbires. Dorothée klein, elle, persiste et signe, dans la livraison de demain: "Le Vif/L'Express a touché à un tabou... Il a simplement voulu lancer le débat". Là, c'est réussi, pour sûr! Et c'est une constante...

islam1.JPGLe 25 avril dernier, pris d'un délire paranoïaque profond, sous l'emprise d'une fondation néoconservatrice US, Le Vif avait tissé la toile d'une redoutable nébuleuse islamiste, corsetant le Royaume, de Molenbeek à Verviers... La paisible Cité lainière y était dépeinte sous les atours d'un "bastion du Hamas", "place forte des Frères" (musulmans). Aucun avion ne s'est encore précipité sur la flèche de la Grand'Poste de Verviers. Mais ça ne saurait tarder... Car la Belgique, c'est bien connu, grouille de convertis à l'islam, ces "fous d'Allah", comme titrait Le Vif en Une. Voici tout juste un an.

Sources: informateurs particuliers, Wafin.be, le blog d'Henri Goldman, le blog de Jacky Moreal, le blog de la Fédération des Etudiants Libéraux, Le Vif/L'Express.

---------------------------

Mise à jour 1 (04/09/08)

(1) Intéressant commentaire de notre éminent confrère Jean-Jacques Jespers, sur le blog d'Henri Goldman: "L’article du "Vif" se scandalise du fait que des élèves contestent l’évolutionnisme et attribue cette contestation à l’influence de l’Islam. Cet amalgame est vivement rejeté par les musulmans eux-mêmes : le créationnisme est une croisade chrétienne (évangéliste) et non musulmane ; l’islam actuel reconnaît le primat de la science sur la conviction en matière de description des lois de la nature, contrairement aux fondamentalistes chrétiens, essentiellement américains".

---------------------------

Mise à jour 2 (05/09/08)

Vite, du débat, de la controverse!... Histoire de se refaire une virginité à bon compte (gratuitement), "Le Vif" de ce vendredi revient sur le dossier "tabou" de la semaine dernière, sous rubrique "Forum des lecteurs". L'hebdo publie de longs extraits de la note postée par Henri Goldman sur son blog (sans en signaler les coupes) . Goldman souligne "le fair-play du Vif à relever le débat", mais il s'étonne tout de même de ne pas avoir été alerté et regrette que l'hebdo ne cite pas sa source... Le lecteur non averti du magazine aura l'impression qu'Henri Goldman a adressé un courrier au "Vif", alors qu'en réalité, l'hebdo a tout pompé sur le blog de notre confrère. Décidément, rayon déontologie, "Le Vif" s'enlise... A la place de Goldman, nous, on  adresse vite fait une facture à Roularta!

samedi, 30 août 2008

Taxons les photos "people"!

Leroy.jpgLe photojournalisme se meurt... C'est Jean-François Leroy, ancien de Sipa, fondateur du festival Visa pour l'image, à Perpignan, qui l'affirme, dans "Le Monde" de samedi.

"De moins en moins de journaux prennent le risque de faire des productions, de lancer des commandes  qui donnent sufisamment de temps aux photographes".

La faute à la crise? "La crise de la presse, ça me fait marrer, réplique Leroy: les journaux appartiennent à des groupes, et dans ces groupes, il y a des titres qui gagnent de l'argent!".

La faute à qui, alors? "La différence, c'est qu'il y a 20 ans, les gens cherchaient à équilibrer leurs comptes; aujourd'hui, ils veulent faire du profit. Mais de l'argent, il y en a: la preuve, on est prêt à payer 100.000 euros pour des photos volées de Jamel Debbouze"...

La solution de Leroy? "Intaurer un impôt "people": taxer les images de célébrités pour financer la vraie photo... Je plaisante, bien sûr!". Dommage!

Source: Le Monde. Illu: visapourlimage.com.

mardi, 17 juin 2008

Wahoub Fayoumi, plus que jamais journaliste

dreyfus.jpgWahoub Fayoumi a retrouvé son rang de journaliste, ce mardi, dans Le Soir. La RTBF lui avait retiré cette qualité, le 6 juin, comme on dégrade une recrue indigne.

Notre consoeur avait été placée sous mandat d'arrêt, la veille, pour "appartenance à une organisation terroriste". La télévision publique, dans la plus stricte observance de la présomption d'innocence, s'est empressée d'annoncer que le contrat de sa journaliste en prétendue disgrâce était "juridiquement suspendu de fait".

Wahoub Fayoumi est et reste journaliste. Le reportage qu'elle publie, ce jour, dans Le Soir, en atteste. Elle revient, avec force, détails et conviction sur son arrestation brutale par les agents encagoulés du parquet fédéral. Glaçant, son récit met en lumière les invraisemblables atteintes aux libertés individuelles qu'autorise la loi Onkelinx sur les "méthodes particulières de recherche". Banale application des préceptes de lutte contre le "terrorisme intérieur", consacrés par le Traité de Lisbonne.

Sur le fond de l'affaire, nous n'ajouterons rien au remarquable éditorial de Marc Metdepenningen, dans Le Soir du 7 juin: "L’arrestation spectaculaire des ex-militants des Cellules communistes combattantes (CCC), Pierre Carette et Bertrand Sassoye, et de trois autres suspects (NDLR: dont Wahoub Fayoumi) semble s’apparenter à une nouvelle opération sacrificielle destinée à proclamer que la Belgique, oui, est pleinement engagée dans la lutte planétaire contre le terrorisme. (...) Le gouvernement et la Justice, à moins de considérer nos concitoyens comme des imbéciles, ne peuvent, croyons-nous, utiliser une « menace terroriste » invoquée comme un hochet justifiant le secret de leurs décisions autoritaires et le renforcement de nouvelles mesures liberticides. Il leur revient de s’expliquer".

Dix jours plus tard, les explications attendues ne sont toujours pas tombées. Wahoub Fayoumi reste écrouée à Berkendael.

verite-puits.jpgLe "papier" de notre consoeur est aussi un acte de résistance face aux éditeurs et managers de presse qui prétendent disposer à leur gré de vacants factionnaires, "journalistes 24h sur 24" (payés 7h), entièrement dévoués à la cause de l'entreprise qui les emploie. Non. Le journaliste, dans le civil, est aussi un citoyen, qui a ses convictions, politiques, sociales, philosophiques ou religieuses. Il s'engage. Il milite. Il vote. Il lui arrive même de bloguer. Et c'est son droit le plus strict, tant qu'il reste honnête sur le plan professionnel, tant qu'il ne mélange pas vie privée et mission d'intérêt public.

"Je n'ai jamais caché mon engagement, écrit Wahoub Fayoumi. Il est public, libre et réfléchi. Défendre des étudiants, des sans-papiers, des prisonniers politiques, se battre pour un monde plus juste, ce ne sont pas des engagements dont on doit avoir honte". Non, chère consoeur, la honte est ailleurs: dans le chef de ceux qui ont cru bon vous dégrader dans la précipitation, vous "suspendre" sans procès, sur simple foi d'allégations qui restent à démontrer.

 

Sources: Le Soir, Des Bulles. Illus: La dégradation d'Alfred Dreyfus, d'après "Le Petit Journal"; La Vérité sortant du puits, d'Edouard Debat-Ponsan.

Lire aussi:

- CCC: quel traitement médiatique?, François "Des Bulles" Schreuer, 6 juin 2008;

- CCC: flou judiciaire et emballement médiatique, Hugues Le Paige, 7 juin 2008. 

- Une amie dort en prison, Pierre Eyben, 11 juin 2008;

- le dossier mis à jour sur mouvements.be. 

samedi, 08 septembre 2007

"Le Vif" caricature les convertis à l'islam

dbdf3fc979f9ab2fb185b1fbb7cea2e8.jpg"Beau gros cliché qui tache", ce vendredi, à la Une du Vif... Pour illustrer le phénomène des convertis à l'islam, le newsmag francophone du groupe Roularta n'a rien trouvé de plus subtil et nuancé que d'"enburkaïser" une belle paire de yeux bleus. Vous en connaissez beaucoup, vous, des convertis à burka noire, sous nos latitudes? Pas vraiment le genre d'Abd Al Malik, ni de Nicolas Anelka et encore moins de Franck Ribéry, pour citer quelques convertis illustres.

Comme si l'amalgame photographique ne suffisait pas, l'hebdo laïcard a jugé perspicace intituler son dossier "Ces Belges fous d'Allah"...

Difficile de faire plus "efficace" pour assimiler le converti au terroriste ou à tout le moins à l'intégriste. C'est que l'expression "fou d'Allah" désigne plus volontiers le barbu talibanesque que le musulman soucieux de l'essor d'un islam européen.

Le plus drôle est dans cette curieuse nuance sémantique à géométrie variable: en pages intérieures, le "fous d'Allah" de la Une devient "fans d'Allah" (comme si le sensationnaliste Amid Faljaoui, DG de l'hebdo, s'était contenté d'éditer la première de couverture).

A dire vrai, si l'édito de Dorothée Klein navigue entre pâles platitudes et grossières erreurs de jugement ("l'échec de notre politique d'intégration", "la minorité islamiste agissante", le "fondamentalisme des Frères" et autres poncifs), le kaléidoscope que nous livre Marie-Cécile Royen dresse un portrait plutôt nuancé de la communauté convertie. Du soufi trentenaire au talentueux Q-Tip (et non "Q-Tib", comme l'écrit Le Vif), en passant par un orientaliste inspiré (ce dernier se reconnaîtra).

Dommage qu'un "beau gros cliché qui tache" vienne injustement décridibiliser le dossier de notre consoeur.

-------------------------------

Update (12/9): les justifications alambiquées de Klein...

En réponse à un commentaire courroucé de Mohsin Mouedden (radio El Wafa), la rédac'chef du Vif, Dorothée Klein, justifie bien maladroitement l'illu et le titre de Une: "Dans le contexte actuel, le sujet était effectivement délicat.Il est difficile de résumer en un titre et une illu tout un dossier de près de dix pages. L'idée était de s'intéresser à la démarche particulière de Belges qui prennent le "risque" de se convertir à une religion qui ne fait pas l'unanimité, dans le climat actuel tendu. Il faut être "fou", dirait l'homme de la rue, ou avoir une foi tout à fait particulière pour faire ce genre de démarche". Un jeu de mots, en somme. Ni sensationnalisme ni amalgame poisseux, bien sûr...

 

Sources: Le Vif/L'Express, Wikipédia, l'orientaliste de la ligne 36, Mohsin Mouedden.